Le dispositif art-thérapeutique

 

Le dispositif : un outil qui fait tiers, qui invite au bricolage

Grâce au dispositif, outil conçu par l’art-thérapeute, un espace de bricolage va être proposé au patient, un espace poétique, exotique : une mise en condition de pouvoir développer ses capacités créatrices.

 

Partant du constat que la souffrance psychique est liée au manque d’espaces psychiques intervallaires, le rôle de l’art-thérapeute est de créer des dispositifs susceptibles d’expérimenter ces espaces. A nous de réfléchir dans ce sens : Inventer des dispositifs sans trop induire pour laisser le plus d’ouvertures possibles au patient, d’espaces intervallaires. Lui permettre de s’en sortir avec les moyens du bord, donc ne pas chercher à faire du beau et ne pas chercher non plus à faire en sorte que tous les matériaux soient là, disponibles pour lui... sinon il n’y aurait pas de manque.

 

« Le bricoleur est apte à exécuter un grand nombre de tâche diversifiées (...) son univers instrumental est clos, et la règle de son enjeu est de toujours s’arranger avec les « moyens du bord », c’est-à-dire un ensemble à chaque instant fini d’outils et de matériaux, hétéroclites (...) avec aucun projet particulier... ». (Lévi-Straus, C. (1960), La Pensée sauvage, Plon, p 27).

 

L’art-thérapie n’est en effet pas du côté d’un manque à combler. L’art-thérapeute n’est pas là pour faire signe au sujet qu’il a ce qui lui manque mais pour lui insuffler du manque. « Ce que le patient cherche chez nous, une nouvelle fois doit rester perdu, impossible à trouver là ». ((ROYOL, JP. (2013), « Au fil de l’éphémère », Dorval, P92).

 

Le dispositif doit donc être conçu comme tel : une proposition d’ouverture d’un espace neutre d’inspiration pour le patient. Bricoler c’est combiner les choses autrement, les réagencer, faire avec, c’est cela aussi l’art-thérapie.

Le sujet en souffrance va pouvoir alors, s’il le souhaite, prendre une autre voie que la plainte pour tenir. Tout l’art de l’art-thérapeute consiste à mettre au point ce dispositif, affiné au fil des séances, en se détachant de l’esthétique qui permette au patient ce bricolage, cette esquisse d’un objet éphémère. C’est au patient ensuite de décider ce qu’il fera de ce bricolage, hors séance.

 

L’art-thérapie peut ainsi se traduire par la dématérialisation de l’objet, la prévention de la performance et de la production : c’est en cela que consiste le travail de l’art-thérapeute lorsqu’il crée un dispositif. Son but est de soulager la pression de l’objectif.

Mais le dispositif n’est pas l’art-thérapie, c’est un outil. C’est lui qui fait tiers dans le transfert entre le patient et l’art-thérapeute. 

Please reload

Posts à l'affiche

L'art-thérapie

17/01/2016

1/1
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives